Note aux candidats à une promotion (MC et PR)

Sommaire


Introduction

Depuis plusieurs années, le dossier de candidature est totalement dématérialisé. Le MESR met à disposition des personnels du supérieur de nombreuses informations sur son site Galaxie, dans lequel la rubrique « Avancement de grade » fournit des informations dédiées aux procédures de promotions. Il est recommandé de consulter attentivement cette rubrique.

Pour la campagne 2017, la date limite d'enregistrement des dossiers de candidature sous Electra/Galaxie est fixée au 16 février à 16h.

Les pratiques de la section 27 du CNU en matière de promotion se révèlent assez stables sur la durée. Cette note vise à les décrire afin que les candidats puissent se faire une idée de la manière dont leur dossier de promotion sera considéré par l'instance nationale.

Le candidat rédige un dossier de 15 à 20 pages.

Il importe d'avoir conscience que, dans l'état actuel de la législation, les promotions sont contingentées. Dès lors, le rôle du CNU n'est pas de décider si tel ou tel candidat mérite une promotion mais de choisir, parmi les dossiers déposés, ceux qui en bénéficieront. Dans ces conditions, il est primordial que les dossiers soient complets et explicites pour qu'ils soient comparables. Or, on constate une grande hétérogénéité dans la manière dont les dossiers sont construits.

Aussi, cette note a pour but de faire connaître le mode de travail et les critères de la section 27, afin d'aider le candidat à bien composer son dossier.


Contingents et procédures de promotion

Sur ce site public du CNU 27, les rubriques Promotions / Session 2016, Promotions / Session 2015, Promotions / Session 2014, Promotions / Session 2013 et Promotions / Session 2012 permettent de consulter les contingents « nombres de promotions, nombres de candidats, nombres de promouvables » pour les sessions 2016, 2015, 2014, 2013 et 2012.

D'une manière résumée, on distingue deux voies de promotion :

Cette note porte donc sur la procédure qui concerne les sections du CNU, à savoir l'avancement de grade de droit commun.


Fonctionnement de la section 27

Le travail s'organise en 2 phases : chaque dossier est confié à deux membres de la section qui sont chargés de l'instruire. Par commodité, nous employons le terme de « rapporteur » pour désigner ces deux personnes.
Dans une seconde phase, tous les dossiers sont examinés en réunion de la section pour prendre les décisions.

Désignation et travail des rapporteurs

Pour désigner les rapporteurs d'un dossier, le bureau du CNU 27 applique et élargit les obligations de déport et les règles de déontologie définies par le MESR. Ainsi, un membre du CNU candidat à une promotion ne participe en aucune manière aux réunions et décisions concernant le type de promotion auquel il postule.

De plus, la section 27 met en œuvre les fonctionnements suivants : 

Pour conclure sur le travail des rapporteurs, il faut insister sur le fait qu'ils travaillent à partir de dossiers (le plus souvent les rapporteurs ne connaissent pas les collègues dont ils instruisent les dossiers). Cette distorsion, entre la lecture du dossier et le candidat tel qu'il se perçoit, est la source majeure de l'incompréhension qui apparaît parfois par rapport aux décisions prises ; elle ne peut être amoindrie qu'en améliorant la forme et le contenu des dossiers.

Réunion de la section

Le but de la réunion de la section est de présenter les dossiers et de prendre les décisions. La procédure, adoptée en son sein, vise un double but :

Critères

Puisqu'il y a de fait concours entre les candidatures, nous sommes obligés d'effectuer des comparaisons multicritères entre les dossiers.
Pour ce faire, nous essayons d'évaluer chaque dossier selon plusieurs rubriques : les activités d'enseignement, les activités de recherche, l'investissement dans les tâches collectives. Par ailleurs, la visibilité (qu'elle soit locale, nationale ou internationale) constitue également un critère à apprécier. On comprendra que l'évaluation de ces rubriques et leur prise en compte dans la comparaison varient selon le type de promotion. Toujours sur un plan général, les rapporteurs doivent trouver dans le dossier des informations sur chacune de ces rubriques.

Le dossier proprement dit doit être conçu selon un plan standard : CV, activités d'enseignement, activités de recherche, tâches collectives.

La question de la répartition thématique ou géographique des promotions accordées par le CNU est souvent posée.
Pour ce qui est de la géographie, il faut savoir qu'en janvier 2015, la section 27 comptait environ 3400 enseignants-chercheurs titulaires (environ 3200 en 2011, 3000 en 2005, 2400 en 2000), répartis dans plus de 130 établissements différents.
La grande variété qui en découle implique que la section 27 du CNU est, qu'elle le veuille ou non, incapable d'assurer un tour de rôle absolument « équitable ».

En revanche, même si les domaines de la section évoluent rapidement, il y a un nombre relativement restreint de grandes thématiques. Il doit être clair qu'aucun système de quota a priori n'est en vigueur. Par contre, il serait préoccupant que, sur la durée, les promotions accordées par la section soient inéquitables sur cet aspect.

Recommandations générales et/ou questions fréquemment posées

Candidat en situation de handicap : Je souhaite être candidat, mais je ne souhaite pas que mon dossier soit examiné par le CNU ; comment faire ?

Dois-je présenter ma candidature pour permettre à la section d'avoir plus de promotions l'année suivante ?

Dois-je présenter ma candidature de nombreuses années à l'avance pour « habituer le CNU » à la prendre en compte ? Dois-je mettre dans mon dossier de nombreuses lettres de recommandation ?

Promotions à la hors classe des maîtres de conférences

À l'expérience, deux profils principaux se dégagent :

Le premier profil, qui a longtemps été prépondérant, semble être aujourd'hui en recul relativement au second.

Par ailleurs, les calculs d'ancienneté (et la progression dans les échelons) pouvant résulter de carrières très variées (suivant les rattrapages de carrières et l'année de recrutement), il est important que le candidat précise bien :

Enseignement

Tout candidat doit avoir fait preuve d'une implication « normale » en enseignement avec des cours variés, des rédactions de supports de cours, de sujets d'examens… Le dossier doit donc montrer cette implication en mentionnant :

Le candidat veillera à donner une information synthétique, mais il détaillera les dernières années.

Pour que l'enseignement apporte un plus à la candidature, il faut des activités d'enseignement innovantes ou des responsabilités particulières :

Recherche-Encadrement

On s'attend à trouver une description standard : problématique de recherche, contexte, résultats (académiques et/ou valorisation), publications, encadrement de la recherche.
Il faut également préciser, le cas échéant, la possession d'une HDR.

D'une manière générale, le maintien de l'activité de recherche est souhaité. Lorsque les charges collectives ont éloigné durablement un candidat de la recherche, des signes probants de reprise d'une activité de recherche sont particulièrement appréciés.

Comme l'évaluation du niveau des activités de recherche peut dépendre largement du contexte dans lequel le candidat exerce ses activités. Il est utile que ce contexte soit décrit.

Administration, tâches collectives

D'une manière générale, on doit pouvoir trouver dans le dossier des éléments :

Les tâches collectives peuvent concerner la recherche, l'enseignement, l'administration, la promotion de l'établissement, etc. Elles peuvent s'exercer dans le cadre de départements informatiques ou non, d'établissements ou encore au niveau national, voire international. Vue cette diversité, il est vain de tenter ici un recensement exhaustif.

La participation à des commissions ou instances (CAc, CR, CFVA, CA, etc) est une composante du métier. Mais il faut indiquer l'implication qui en découle pour le candidat. Il faut aussi et surtout mettre en valeur les participations allant au-delà de la normale, comme les responsabilités et animations particulières :

Les délégations, détachements, séjours à l'étranger... (qui plus est lorsqu'ils sont prolongés) qui ne sont pas directement liés aux activités de l'enseignement supérieur et qui ne permettent pas de dégager un rayonnement sont difficiles à évaluer et à prendre en compte. Il convient de les expliciter.

Visibilité / Rayonnement

Pour prétendre à une promotion à la hors classe des maîtres de conférences, le candidat doit, de toutes les manières, témoigner d'une bonne visibilité locale, au niveau de son département ou de son établissement : cette visibilité permet d'attester d'une forte implication, et elle peut être renforcée ou compensée par une visibilité nationale. Il s'agit ici de juger de la portée du travail du candidat sur son environnement : implication forte dans les tâches collectives de ses structures universitaires, prises de responsabilité, mais surtout rôle d'animation, par la réflexion sur la pédagogie, la création de nouveaux cursus  (tout ce qui montre que le candidat est une personne de référence dans son milieu professionnel). Tous les éléments qui peuvent attester objectivement de ces aspects sont les bienvenus.

Il se peut que le candidat se rende visible d'une manière jugée exceptionnelle (livre faisant référence, lourde responsabilité nationale, etc). Dans ce cas, c'est un critère qui est évidemment pris en compte.


Promotions à la 1re classe des professeurs

Il y a, au début du 5e échelon de la 2e classe un palier de 3 ans 6 mois. Ceci implique qu'une promotion à la 1re classe, durant les deux premières années de ce palier, ne produira aucune différence de traitement (NB. Certaines primes, elles, peuvent changer).

Pour la promotion à la première classe des professeurs, s'il n'est évidemment pas question de normaliser et d'imposer des pondérations types entre enseignement, recherche et responsabilités collectives, il nous semble anormal qu'un candidat à une telle promotion soit parvenu à ne jamais exercer l'une de ces activités.

En outre, comme les professeurs ont la responsabilité d'encadrer les jeunes chercheurs, l'exercice effectif de cette responsabilité revêt une particulière importance. Enfin, vu le nombre limité de promotions à accorder, il serait étonnant que les candidats promus n'aient pas témoigné d'un rayonnement (d'une visibilité) certain(e).

Enseignement

Les remarques faites pour la hors classe des maîtres de conférences s'appliquent évidemment : on s'attend à voir décrites une activité en enseignement et la mise en valeur des « plus » (supports de cours, ouvrages, réalisations pédagogiques, responsabilités).

On s'attend également à trouver, de la part d'un professeur, une implication dans la définition des cursus, dans la création de nouveaux enseignements, dans la coordination d'équipes pédagogiques, etc. Il est important de quantifier et de porter une attention particulière à la description des co-responsabilités (partage des tâches entre co-responsables).

Recherche

Tout comme pour les demandes de promotions à la hors classe des maîtres de conférences, on s'attend à trouver une description standard : problématique, contexte, résultats (académiques et/ou valorisation), publications, encadrement de la recherche.
Le candidat mettra en valeur son animation de la recherche et ses collaborations.

Administration, charges collectives

Les tâches collectives peuvent concerner la recherche, l'enseignement, l'administration, la promotion de l'établissement, etc. Elles peuvent s'exercer dans le cadre de départements informatiques ou non, d'établissements ou encore au niveau national, voire international. Consulter les indications de présentation du dossier données ci-dessus pour la hors classe des maîtres de conférences.

Visibilité

Compte tenu du nombre limité de promotions, la visibilité (on parle aussi de rayonnement) est un axe majeur. Elle se décline de diverses manières :

Enfin, mais nous arrivons là aux aspects les plus difficiles à quantifier, la visibilité et le rayonnement sont aussi la conséquence d'une personnalité, de capacités à écouter, à convaincre, à choisir, à décider, à fédérer, à mener à des projets jusqu'à leur aboutissement, etc. Les éléments pouvant attester objectivement de ces aspects sont les bienvenus.


Promotions au 1er échelon de la classe exceptionnelle des professeurs

Bien évidemment, les promus doivent témoigner, en sus d'une implication dans l'enseignement, la gestion de l'enseignement, la recherche, le pilotage de la recherche... d'une qualité dans ses activités qui doit être, effectivement, exceptionnelle.


Promotions au 2e échelon de la classe exceptionnelle des professeurs

En regard des promotions au 1er échelon, les promotions au 2e échelon de la classe exceptionnelle sont pour l'instant (!) moins chichement comptées. Le déroulement de la carrière d'une part et l'activité depuis la précédente promotion d'autre part sont pris en compte pour sélectionner les promus.


Ce que les rapporteurs de la section 27 souhaitent trouver dans le rapport d'activité

Quelques compléments sur ce que les rapporteurs de la section 27 souhaitent trouver dans le rapport d'activité : cliquer ici.


Page modifiée le 17/12/2016 par le bureau de la section 27 - logo CNU